Hépatite B (VHB)

Qu'est-ce que c'est ?

L'hépatite B est une infection causée par un virus qui s'attaque au foie.

Environ 90 % des personnes qui contracteront le VHB l'élimineront naturellement de leur organisme tandis que 10 % deviendront des porteurs chroniques, c'est-à-dire que le VHB sera toujours présent dans leur sang et leurs liquides biologiques.

Comment cela se transmet-il ?

Le VHB peut se transmettre par contact avec un des liquides suivants : sperme, sécrétions vaginales, sang ou salive.

  • Par contact sexuel à risque;
  • Par contact de sang à sang dans les situations suivantes:
    • Partage de matériel d’injection ou d’inhalation de drogues;
    • Contact avec une plaie;
    • Tatouage ou perçage avec du matériel contaminé
    • Au cours d’un échange de jouets sexuels;
    • La mère peut transmettre le virus à son bébé pendant la grossesse ou l’accouchement.

L’hépatite B se transmet aussi par le sang et la salive via le partage de seringues, de rasoirs, de brosse à dents, d’aiguilles non stérilisées utilisées pour les tatouages, les perçages corporels, etc.

Les porteurs chroniques de l’hépatite B peuvent la transmettre tout au long de leur vie. Quant à eux, les porteurs ponctuels peuvent la transmettre à partir du moment où ils deviennent infectés jusqu’au moment où ils l’élimineront naturellement de leur organisme, soit au bout d’environ 6 mois.

Quels en sont les symptômes ?

Au début, aucun symptôme n’apparaît. Souvent, ce n’est que de deux(2) à six(6) mois après un contact avec un objet ou une personne infectée que les symptômes surviennent. En voici quelques-uns :

  • perte d’appétit, nausées et vomissements
  • maux de tête
  • grande fatigue
  • état général de malaise
  • jaunisse (coloration jaunâtre des yeux et de la peau)
  • Douleurs au ventre
  • Urine foncée, selles pâles

L'intensité de ces symptômes est notable, mais ces derniers disparaîtront d'eux-mêmes après quelques semaines, sans laisser de séquelles au foie. Près du tiers des personnes porteuses du VHB n'ont pas de symptômes. Elles ignorent donc qu'elles sont infectées et qu'elles peuvent la transmettre.

Quelles sont les complications possibles ?

10% des personnes infectées développeront une Hépatite B chronique.

À long terme, ils risquent également de développer une cirrhose ou un cancer du foie.

Dans 1 % des cas, une hépatite fulminante mène au décès.

Comment le dépistage se fait-il ?

Par une prise de sang en fonction des symptômes.

Le diagnostic est posé à l’aide de tests sanguins. Les tests donneront un des résultats suivants:

  • Un résultat entièrement négatif signifie que vous n’avez jamais été exposé au virus de l’hépatite B ou que vous n’avez jamais été immunisé. Le cas échéant, vous pouvez bénéficier de l’immunisation.
  • Un test d’anticorps positif (anti-HBs) indique que vous avez déjà été infecté à un moment donné dans le passé et que vous avez guéri complètement ou que vous avez été immunisé avec succès contre l’hépatite B. Considérant que vous êtes immunisé contre le virus de l’hépatite B, vous ne contracterez pas l’hépatite B et vous ne pourrez pas infecter qui que ce soit. Il existe plusieurs anticorps contre l’hépatite B mais seul l’anti-HBs garantie l’immunité.
  • Un test d’antigène positif (AgHBs) indique que vous êtes toujours porteur du virus de l’hépatite B. La présence du virus peut signifier soit une infection aiguë (récente, spontanément résolutive) ou chronique (de longue durée). Si on continue à déceler le virus dans votre sang durant plus de six mois, vous êtes atteint d’une infection chronique et êtes porteur du virus de l’hépatite B.

Quel est le traitement ?

Cette hépatite peut se guérir d’elle-même d’où l’importance pour la personne de prendre beaucoup de repos, de bien s’alimenter et de ne pas consommer d’alcool ni de drogues, car ceux-ci sont durs sur un foie qui n’est pas en santé. La personne a ensuite des anticorps protecteurs (90% des cas).

Pour les porteurs chroniques :

  • Un suivi médical régulier est essentiel.
  • Le vaccin contre l’hépatite A (virus qui s’attaque aussi au foie) est recommandé.

Des traitements peuvent limiter la gravité de l’infection et premettent dans certains cas la guérison.

Comment faire de la prévention ?

  • En ayant des relations sexuelles protégées;
  • En évitant le contact de sang à sang;
  • Il existe un vaccin contre l’hépatite B recommandée aux personnes de moins de 18 ans et aux personnes jugées à haut risque, en particulier à cause de leurs activités sexuelles ou de leur exposition à des aliments contaminés, notamment :
    • les personnes ayant un comportement sexuel à risque;
    • les partenaires et personnes vivant sous le même toit que des personnes infectées par le virus de l’hépatite B;
    • les consommateurs de drogues injectables;
    • les personnes qui ont besoin fréquemment de transfusions ou de produits sanguins;
    • les receveurs de transplantation d’organes;
    • les personnes exposées à un risque professionnel, dont le personnel de santé;
    • les voyageurs se rendant dans des pays où il y a un taux élevé d’infection par le virus de l’hépatite B.

Quels sont les risques associés au VIH ?

Si vous êtes infecté par le VIH, le risque que vous développiez une hépatite B chronique est nettement plus élevée. Il y a possibilité de compliquer ou d’entraver l’efficacité du traitement du VIH si on est atteint de l’hépatite B.

Notes supplémentaires

Au Québec, le vaccin contre l’hépatite B se fait en 3 doses. La seconde dose est administrée un mois suivant la première et la dernière dose est injectée 6 mois après la première injection. Il existe aussi une méthode accélérée en deux doses.

Il est gratuit pour les jeunes et pour les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes.

Le vaccin est également disponible en format VHA et VHB ensemble, le dosage étant identique à celui du VHB seul.

L’hépatite B est une maladie à déclaration obligatoire. Cela signifie que le médecin qui diagnostique une hépatite B doit en informer la direction de la santé publique de sa région.

Back to top